« Paris 14 Territoire de cinéma », le club des ciné-clubs du 14ème de Paris

Photo Bernard Blanché. Festival Jean Rouch. Débat avec les auteurs du coffret DVD, éditions Montparnasse. Poinçon.
Photo Bernard Blanché. Festival Jean Rouch. Débat avec les auteurs du coffret DVD, éditions Montparnasse. Poinçon.

L’association va fêter ses trois ans en novembre prochain avec déjà à son actif l’organisation de deux festivals de films en 2018 et 2019. Coup de projecteur sur la structure avec Christiane Etévé, sa présidente, et Pascal Vaillant, son secrétaire et responsable de la communication.

Une association conçue comme support de festivals de cinéma

« Paris 14 Territoire de cinéma » est une association qui a été fondée en novembre 2016 par Paul Roussier (32! Ciné), Francis Tournois (CinéKino devenu ARTMELE), Jacques Guenée (Ciné-quartier Mouton-Duvernet), Francette Chapeau et Annie Bozoola (Cinéphiles de la Poste) et Christiane Etévé et Edith Delacour (Ciné-club Pernety) pour coordonner l’action de différents ciné-clubs du 14ème arrondissement de Paris en vue de la création d’un festival de cinéma. Paul Roussier s’occupe à l’époque du « 32! Ciné », le ciné-club du 32 rue Saint Yves tandis que Christiane Etévé et son amie Edith Delacour animent le ciné-club de « L’Entrepôt », rue Francis de Préssensé dans le quartier Pernety. Des valeurs et un passé militant communs les incitent à créer avec Jacques Guénée, le responsable du Ciné-quartier Mouton-Duvernet, une structure associative ad hoc destinée à présenter des films autour d’un thème consensuel et porteur et à faire circuler les publics d’un endroit à un autre. Ainsi naît le festival « Les voisins du 14 font leur cinéma » qui se tient en juillet 2018 et qui voit les différents ciné-clubs participants projeter une quinzaine de films sur  la thématique du voisinage et du vivre-ensemble (« Fenêtre sur cour » d’Alfred Hitchcock, « Chacun cherche son chat » de Cédric Klapisch , « Dans la cour » de Pierre Salvadori, etc.). Mais de multiples autres manifestations vont en réalité venir se greffer autour du festival de cinéma dont notamment un festival de street art à l’initiative de Claude Degoutte et, en clôture, la présentation de Le Monde est nouveau, une comédie musicale européenne interprétée par des adolescents à laquelle Pascal Vaillant a beaucoup contribué. « En réalité, chacun est venu avec son projet, ce festival c’était un peu l’auberge espagnole, se souvient Christiane Etévé qui se réjouit d’avoir vu la créativité de chacun favorisée par le groupe. Il aurait bien sûr été très contreproductif de casser la dynamique collective créée autour de ce premier évènement. C’est pourquoi ses initiateurs vont décider d’un commun accord de pérenniser l’existence de « Paris 14 Territoire de Cinéma » et d’organiser, sous l’impulsion de Paul Roussier, un second festival de cinéma en septembre 2019 en hommage à Jean Rouch, le célèbre réalisateur et ethnologue français originaire du 14ème arrondissement de Paris. La projection des films du « cinéaste aventurier », elle aussi comme d’habitude agrémentée de débats, va dépasser le cadre des ciné-clubs puisque va y être intégré le foyer des travailleurs qui compte beaucoup de ressortissants de pays d’Afrique dont Jean Rouch était un grand spécialiste.

Projection de "Chronique d'un été" de Jean Rouch au Ciné-club Mouton Duvernet
Projection de « Chronique d’un été » de Jean Rouch au Ciné-club Mouton Duvernet

Une fédération de ciné-clubs faisant office de boîte à idées pour faire vivre le cinéma dans le 14ème

L’association fédère aujourd’hui six (peut-être bientôt huit) ciné-clubs dans le 14ème arrondissement de Paris dont certains sont des émanations de conseils de quartier, d’autres de comités d’entreprise ou d’autres encore d’associations culturelles locales. Son objectif premier est de présenter les programmes des différents ciné-clubs de façon centralisée au travers d’un site internet commun (www.paris14cinema.fr) et de mutualiser les coûts de fonctionnement (aide à la fabrication des affiches, communication entre ciné-clubs, etc.). Mais l’association vise aussi à promouvoir toutes les initiatives liées au cinéma sur le territoire du 14ème arrondissement comme par exemples le concours de vidéo amateur sur smartphone pour adolescents qui a été organisé à l’occasion festival de 2018 ou bien la nuit du court métrage d’ARTMELE qui a elle lieu tous les ans. « Paris 14 Territoire de cinéma » défend également le cinéma indépendant et l’esprit ciné-club en entretenant la tradition de la discussion-débat après le film : « La compréhension du film, c’est le travail de tout le monde, souligne Christiane Etévé. A partir des émotions, on parle du message s’il y en a un ». « On montre certes des films qu’on ne voit pas facilement en salle, poursuit Pascal Vaillant. Mais comme aujourd’hui tout le monde peut se les télécharger chez soi pour deux euros cinquante, on entretient également l’esprit de la salle obscure qui consiste à permettre aux gens de passer un moment à plusieurs devant un grand écran pour tisser ensemble le fil de l’interprétation. » Le ciné-club assure donc une mission pédagogique. Avec quelle efficacité ? « Les films du ciné-club de l’Entrepôt réunissent habituellement entre cinquante et cent personnes », témoigne Christiane Etévé qui a constaté une hausse récente de la fréquentation après quelques années de baisse. On a fait beaucoup de partenariats avec des personnes porteuses de problématiques de quartier qui ont permis d’attirer un public qu’on ne voit pas habituellement, mais on court alors le risque d’instrumentaliser le cinéma, ce qui n’est pas non plus notre objectif ». Les outils de communication numérique (site internet, Facebook, Twitter) dont Pascal Vaillant a aujourd’hui pris les commandes ont eux aussi, semble-t-il, contribué à accroître le taux de remplissage des salles. Le défi reste de faire vivre cette belle tradition du ciné-club malgré la concurrence du DVD, de Netflix et des grands réseaux d’exploitation. « La beauté du cinéma, c’est de pouvoir tenter quelque chose de différent. »  Puisque c’est Clint Eastwood qui le dit…

Pascal Vaillant (à gauche) lors de la séance de clôture du festival 2018, Paul Roussier au micro.
Pascal Vaillant (à gauche) lors de la séance de clôture du festival 2018, Paul Roussier au micro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *