« AS de Coeur à Paris », les expositions cousues main de Patricia Michel

Copyright Orélie Grimaldi

Il y a des personnes qui poussent le don de soi jusqu’à s’oublier systématiquement elles-mêmes. Il a ainsi fallu qu’une artiste se désiste pour que Patricia Michel décide de présenter ses propres créations en 2017 dans le cadre de « Vibrations Textiles », l’exposition qu’elle organise au mois d’août à la Galerie du Montparnasse dans le 14ème arrondissement de Paris. Plus habituée à s’effacer derrière les autres qu’à se mettre en avant, elle a quand même bien voulu nous accueillir chez elle rue des Plantes pour nous parler d’elle et des activités de l’association « AS de Cœur » qu’elle a créée avec une amie en 2014.

Une spécialiste de l’organisation d’évènements sur mesure

Patricia Michel est née en 1966 à Bourg-en-Bresse dans l’Ain et a grandi près de  Tours à l’Ecole Normale d’Instituteurs dont son père était agent administratif à l’intendance. Elle garde un souvenir extraordinaire de ce lieu en pleine nature où elle apprend la vie en communauté au milieu des élèves-instituteurs. Même si elle baigne dans le milieu socio-éducatif, Patricia connaît une scolarité difficile, redouble plusieurs fois et ne parvient pas à obtenir son baccalauréat. L’atmosphère familiale lui pèse à ce point qu’elle décide de quitter le domicile de ses parents le jour de ses dix-huit ans. C’est le début d’une vie un peu chaotique et décousue qui la voit multiplier les expériences professionnelles. Elle aime à s’en rappeler les plus belles dont un séjour de huit mois à l’Ile-de-Groix où elle travaille comme serveuse dans un hôtel-restaurant. Elle rencontre à Paris le père de son fils avec lequel elle tient quelques temps un restaurant près de Montpellier. Puis elle revient s’installer dans la capitale avec son enfant. Pour fuir les « horaires de dingues » du secteur de la restauration, elle entreprend une formation professionnelle pour devenir agent de voyage. Par chance, celle-ci débouche sur un emploi au siège d’American Express et elle va pouvoir bénéficier pendant cinq ans de conditions de travail privilégiées qui lui permettront notamment d’effectuer des voyages de reconnaissance pour le compte de la riche clientèle de la société. A l’issue de cette période de travail, elle a la possibilité grâce au FONGECIF de passer un master de marketing à l’ESSEC. C’est l’occasion pour elle de s’intéresser dans le cadre de son mémoire aux impacts d’internet sur le développement du secteur du voyage d’affaire. Sa formation achevée, Patricia a le cran de se lancer en free lance dans l’évènementiel. Elle propose aux grandes entreprises la préparation sur mesure de leurs séminaires ou évènements en France et à l’étranger en faisant intervenir des artistes ou des artisans pour les animer. Patricia est intarissable à l’évocation des beaux souvenirs que lui inspire cette période de sa vie au début des années 2000. Elle pourrait en parler pendant des heures tant sont nombreuses les images d’évènements somptueux qui se bousculent dans sa tête. Elle finit par passer le flambeau au bout de dix ans en formant à son métier celles et ceux qu’elle va pousser à sortir des sentiers battus et des circuits classiques de l’organisation d’évènements. Elle laisse le témoignage de son enthousiasme pour son activité professionnelle dans un premier guide pour les éditions Parigramme intitulé « Organiser une fête à Paris » et dans quatre autres petits guides publiés aux éditions First dont l’absolument indispensable « Paris des amoureux ».

« Peace and Love ! » Le dire avec des fleurs
Coupons de tissus Fleurs artificielles Récupération
2018 – Copyright Patricia Michel

« Faiseuse de liens » au service des artistes du 14ème

Qu’est-ce qu’organiser des évènements sinon mettre en relation différentes personnes pour leur faire partager de nouvelles expériences ? De l’évènementiel à la médiation socioculturelle il n’y a qu’un pas que Patricia franchit sans complexe au début des années 2010 en faisant sienne la maxime de Sénèque : « Pendant que nous sommes parmi les hommes, pratiquons l’humanité ». Elle travaille pendant deux ans à la Régie de Quartier du 14ème à la Porte de Vanves où elle rencontre Carine Petit, chargée du quartier politique de la ville et future maire d’arrondissement. Elle prend un plaisir énorme à son travail réalisé au contact de la population et des associations locales dont la Compagnie Bouche à Bouche qui fait intervenir toutes sortes de publics autour d’activités théâtrales. Sa mission obtenue dans le cadre d’un contrat aidé consiste à développer la mise en lien et en réseau des actions socioculturelles et artistiques de ce quartier populaire de Paris. Tout n’est pourtant pas rose dans l’associatif et sa politique d’ouverture aux autres n’est pas toujours comprise de tous. C’est pourquoi elle décide de fonder avec une amie sa propre structure associative destinée à organiser et soutenir des actions artistiques et culturelles à destination de tous publics : c’est la naissance en 2014 d’AS de Cœur à Paris. La première initiative de la nouvelle association va consister à créer le « Salon des Artistes Seniors du 14ème » que Patricia entend rattacher à la « Semaine bleue », une manifestation annuelle consacrée depuis 1951 aux retraités et aux personnes âgées. Elle se démène pour réunir tous les ans dans le cadre d’une même exposition des artistes seniors de l’arrondissement (peintres, sculpteurs, etc.) venus de tous les horizons. On y retrouve ainsi des représentants de l’atelier d’arts plastiques de la résidence des Paralysés de France de la rue Lebouis ou bien des représentants d’autres ateliers d’art thérapie. Car le souci constant de Patricia est le mélange des genres et la confrontation d’individualités et de publics différents. Pour assurer le succès de cette manifestation qui ne s’est jamais démenti depuis 2014, elle a jusqu’à présent pu bénéficier du soutien logistique sans faille de la Mairie du 14ème. Le deuxième évènement majeur de la vie d’AS de Cœur est l’exposition collective « Vibrations textiles » qui a lieu depuis 2017 au mois d’août à la Galerie du Montparnasse. Le même souci d’éclectisme préside à cette seconde manifestation qui réunit trente artistes plasticiens autour du textile et qui mêle dès l’origine autant du conventionnel (tapisserie, broderie, patchwork) que du singulier (latex, fibres métalliques, broderie avec des cheveux). L’association organise également ponctuellement des expositions individuelles pour les artistes qui sont les coups de cœur d’AS de Cœur. Bonne nouvelle : oubliant enfin de s’oublier, Patricia présente elle-même depuis peu ses propres œuvres et travaille d’arrache-pied sur ses prochaines expositions dont « Tam-Tam » qui se tiendra au mois de mai au café « La Commedia » au 51 rue Boulard dans le 14ème arrondissement. Au menu : de nombreuses créations textiles confectionnées à partir de chutes de wax (tissu africain) qu’un ami lui a ramenées du Cameroun.

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook d’AS de Cœur à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *